Nouvel appartement, nouvelle vie Coup de foudre Rue de la Montagne-Sainte-Geneviève

Texte : Pascale Pessin-Loiseau Photos : Margaux Crouzier
Portrait

Alice et sa fille Lou-Ella, 7 ans, ont deux semaines pour trouver leur nouvelle maison. Fraîchement séparée, Alice veut déménager tout en restant dans son quartier à cause de l’école de Lou-Ella. La rentrée approchant, il n’était pas question ni de rester dans l’appartement familial, ni d’imposer de trop longs trajets à Lou-Ella. La jeune maman commence à chercher en ligne et alors qu’elle commençait à se désespérer, elle tombe sur l’annonce décrivant un meublé de deux chambres dans le 5ème à Paris.

Première visite appartement à louer

C’est exactement ce qu’elle cherche. Un appartement clair et lumineux à deux pas de la rue de Pontoise où se trouve l’école de Lou-Ella. Elle ne fait ni une, ni deux. Elle remplit le formulaire de demande de visite en ligne et fait ce qu’on ne doit pas faire : elle appelle l’agence tout de suite derrière. Cet appartement, elle le veut. Inutile de visiter. Les photos qu’elle a vues lui suffisent. Elle sait qu’il est fait pour elles.

Allo. C’est moi ! Tu ne vas pas le croire : je suis trop contente. Je viens de trouver l’appartement idéal. Je signe demain et nous emménageons à la fin de la semaine !
Comment je l’ai trouvé ? Tu sais que je cherche sérieusement depuis un mois. Je n’y croyais plus. J’étais prête à prendre n’importe quoi, je pensais même nous installer à l’hôtel en attendant. Et puis, ce matin en me levant je relance une recherche, histoire de tenter ma chance ! Je n’en pouvais plus de faire défiler des adresses que j’avais déjà rejetées (apparts trop chers, trop petits, trop moches…) alors, je me suis fait plaisir je suis allée sur Book-A-Flat, là j’étais sûre d’avoir une sélection de beaux appartements bien meublés et décorés avec goût… J’ai lancé ma requête : appartement deux chambres dans le cinquième, plutôt côté Seine et l’appartement de la rue de la Montagne-Sainte-Geneviève remonte en premier. Libre depuis ce matin : quelle chance. Bon, l’adresse est parfaite tu t’en doutes : à 5 minutes à pied de la rue de Pontoise et de l’école de Lou-Ella. Mais plus que tout, la première photo m’a scotchée. Elle m’a attirée comme un aimant. Regarde, je t’envoie le lien. https://www.book-a-flat.com/fr/appartement-paris-18607.html
Je suis tombée follement amoureuse de cet appartement au premier regard.

Coup de foudre immobilier
Tu te souviens de chez Mélanie, ce petit appart génial où elle vivait avec sa mère quand on était au lycée ? Eh bien c’est le même adorable petit 3 pièces mais en mieux ! Clair, refait à neuf. Il y a exactement la même double pièce salon-chambre à la fois ouverte et séparée par une demie cloison. Tu sais celle que l’on a utilisée pour tourner le remake de la scène culte du film The Full Monty. Comment ça quelle scène ? Mais celle du défilé des nains de jardin que les acolytes de Tom Wilkinson organisent pour le déconcentrer pendant son entretien d’embauche ! Tu pousses un peu, c’était pas si nul, ça nous a permis de décrocher un 18 au bac pour notre option cinéma.
Tu te rappelles nos soirées karaoké lorsqu’on chantait Wannabe en sautant sur les meubles pour faire comme les Spice Girls ? C’était là, chez Mélanie.
So tell me what you want, what you really, really want
I wanna, (ha) I wanna, (ha) I wanna, (ha) I wanna, (ha)
I wanna really, really, really wanna zigazig ah

Oui, je sais je chante toujours aussi faux, désolée.

Bref ! Dès que je l’ai vue j’ai eu des papillons dans le ventre. Mes neurones se sont mis à faire des étincelles. J’avais le cerveau chamboulé, la bouche sèche, les jambes molles… La totale quoi ! Je n’ai pas réfléchi après avoir rempli le formulaire de demande de visite en ligne, j’ai noté le numéro de téléphone et l’adresse de l’agence immobilière. J’ai voulu les appeler. Il était trop tôt mais j’avais juste le temps de m’y rendre pour l’ouverture à 9h. J’y suis arrivée en même temps que l’hôtesse d’accueil avec mon dossier sous le bras. Je ne pouvais pas risquer de ne pas l’avoir ! J’avoue, ils ont été un peu surpris mais vraiment compréhensif et efficace. Ils ont contacté la propriétaire qui a tout de suite accepté mon dossier. Trop de la chance !

Non, Lou-Ella ne l’a pas encore vu mais je sais qu’elle va l’adorer. De toute façon, elle aura toujours sa chambre Boulevard Saint-Germain chez son père. Nous nous sommes décidés pour la garde partagée.

Bon je te laisse, il faut que je prévienne Mél. J’organise une soirée homecoming entre filles la semaine prochaine. Tu viens bien sûr. Bye.

Que se passe-t-il dans notre cerveau lorsque nous avons un coup de foudre ?
Louer un appartement sur un coup de tête, un coup de cœur ou un coup de foudre…
Un coup de cœur pour un logement dès les premières secondes d’une visite peut s’apparenter à un coup de foudre amoureux. Grâce à l’imagerie médicale, les neurosciences ont mis en évidence la chaîne causale qui se joue dans notre cerveau pour contrôler et orchestrer nos émotions.
Pour commencer, quel que soit l’objet de notre désir, une personne, un objet ou un bien, les études ont montré que le cerveau opère de la même façon et ne fait pas de distinction. Le coup de foudre est une sorte d’orage cérébral qui provoque le besoin impérieux d’entrer en relation avec l’autre ou de posséder l’objet ou le bien convoité. Comment s’y prend-il ? Le cerveau fabrique des clés chimiques qui libèrent des molécules ou hormones qui provoquent des réactions. Au départ, l’amygdale qui se trouve dans notre cerveau limbique reçoit un signal de stress qui libère de l’adrénaline et de la noradrénaline pour nous mettre en état d’hyper vigilance. Pupilles dilatées, accélération du rythme cardiaque, pression artérielle qui monte en flèche, sécrétion de sueur, impression de manquer d’air : toutes ces manifestations physiologiques sont là pour nous aider à faire face au danger. Tout le corps est en alerte. Coup de foudre ou menace de se faire renverser par une voiture en traversant la rue provoquent la même réaction chimique dans notre cerveau : on se prépare à fuir. Pourtant, dans le cas d’une rencontre amoureuse ou d’un coup de cœur immobilier, plutôt que de prendre la fuite face au danger, on se sent irrésistiblement attiré par le sujet ou l’objet de son désir. C’est un appel du corps, un besoin impérieux. Cette force c’est la dopamine, l’hormone du désir. La libération de cette hormone freine le stress et donne envie de foncer, de passer à l’action. Cette pulsion est le résultat d’un cocktail explosif de noradrénaline et de dopamine. Sous son action, le cerveau de la réflexion et du jugement est inhibé, il se met sur pause pour laisser toute la place aux émotions. Ne dit-on pas à juste titre que l’amour rend aveugle et qu’il nous fait faire des choses qui ne nous ressemblent pas ?